Trois mois que tu es partie

Trois mois Emeraude que tu es partie

Tu ne peux pas savoir la douleur

Que je ressens car ayant perdu mon bonheur

Que ne ferais-je pas pour que tu me reviennes ma chérie?

Car malgré tout je t’aime

Il est maintenant l’heureux élu

Et moi je suis le malheureux déchu

Mais pourquoi je ne parviens pas à t’oublier?

Pourquoi faut-il toujours que de toi je dois me rappeler?

Pourquoi de ma tête je n’arrive pas à t’enlever?
Pourquoi malgré ta trahison dans mon esprit veux-tu rester?

Je t’aime toujours Emeraude je t’aime c’est ça le problème.

 

BOSCO, Mes déceptions



Trois mois que tu es partie

Trois mois Emeraude que tu es partie

Tu ne peux pas savoir la douleur

Que je ressens car ayant perdu mon bonheur

Que ne ferais-je pas pour que tu me reviennes ma chérie?

Car malgré tout je t’aime

Il est maintenant l’heureux élu

Et moi je suis le malheureux déchu

Mais pourquoi je ne parviens pas à t’oublier?

Pourquoi faut-il toujours que de toi je dois me rappeler?

Pourquoi de ma tête je n’arrive pas à t’enlever?
Pourquoi malgré ta trahison dans mon esprit veux-tu rester?

Je t’aime toujours Emeraude je t’aime c’est ça le problème.



A TOI MAMAN

Réjouis-toi Mère, réjouis-toi
Car aujourd’hui est ton jour de fête ;
Oublies tes travaux oublie tes obligations quotidiennes
Et viens entre nous, viens entre tes enfants
Et entends chanter leur cœur.
Nous n’avons ni or ni argent à t’offrir en ce jour qui est tien
Mais nous t’offrons ceci ; c’est le cadeau qu’il y a de plus beau et de mieux.
Il est notre gratitude envers toi n maman.
Toi notre docteur, toi notre éternelle consolatrice
Ecoute ces vœux qui te sont formulés ; c’est ton mérite !
Toi qui as souffert sous le soleil, sous la pluie pour nous
Que Dieu te le rende au centuple toi la fraîcheur la plus adoucissante,
La créature qui apporte la fraîcheur dans la fièvre, le réconfort dans les pleurs !
Sois comblée, sois comblée des merveilles du monde !!!
O maman que nous sommes fiers de te voir !!
Que nous sommes fiers d’appeler ce beau nom !!
Saches que de toutes tes souffrances pour nous, nous te remercions
De tous tes sacrifices pour nous, nous éprouvons de la reconnaissance
Pardonne-nous toutes nos fautes, toutes nos obéissances
Car nous savons que nous n’avons pas toujours été sages
Mais nous te promettons la sagesse désormais.
Sois louée et saches que nous t’aimons
Que tu sois pauvre ou riche,
Laide ou belle,
Noire ou blanche
Jaune ou rouge
Saches que nous t’aimons telle que tu es !
Que Dieu te bénisse, qu’Il te prête longue vie
Prodigieuse et vaillante créature !!!!!!!!!!

BONNE FETE MAMAN !!!!!!



Trésors d’Emeraude

Si tu étais ma mère

Et moi un nourrisson,

Je demanderais à ne jamais être sevré

Afin de à tout moment tes seins sucer.

 

Je ne le dis pas pour te plaire

Ni pour de plaisir te donner frisson

Mais ta poitrine est la source, cette source

A laquelle je veux sans cesse boire.

 

Il suffit seulement de la voir

Pour savoir qu’elle regorge de ressources

O quelle merveilleuse poitrine

Que possèdes-tu chère beauté de Grenadine !

 

Elle pourrait désarmer un vaillant

Même vaincre les hommes  les plus forts et les plus puissants

Elle pourrait rendre ignare un érudit

Faire de lui un pauvre étourdi.

 

Ni dans les lettres, ni dans les sciences

On ne pourrait avoir la connaissance

De la créature qu’est ta poitrine

Que même ne possèdent les beautés d’Amérique latine !

BOSCO, Une fille, un amour



A toi mon poème

A toi mon poème

 

Je te demande pardon mon amour

Si je n’ai pas pu arriver ce jour 

Ce n’a point été de ma faute

Et de quiconque je n’ai été l’hôte.

 

Tu  sais que nous autre des séries classiques

Sont notre bête noire les mathématiques ;

Et qu’aussi être qui crie aide

Ne mets en quarantaine quelque remède.

 

Il est vrai que je voyais l’heure

Conscient de la perte de ce bonheur

Que j’aurais eu près de toi

Crois moi cela brûle jusqu’au plus profond de moi.

 

Mais que les mauvaises langues ne te gourent point la tête

Mais je sais que devant toi elles sont toutes bêtes.

J’espère que pour toi ce n’est pas que l’amour manque

Sinon laisse-moi te dire qu’il y en a comme de l’agent dans une banque !

 

Je t’en prie ne te fâche guère

Car se fâcher ne rend point belle

Cela risque de détruire ton visage si bel !

 

Te rappelles-tu de nos moments de naguère ?

Qu’ils t’assurent que Saphir

A jamais te désire !

 

Je t’aime !

BOSCO, Une fille, un amour



A Ariane

Comme les nuages dans le ciel

Trompent dans les campagnes les paysans,

La source de ta vie de miel t’a quittée !

Ton chère et doux amant

Comme un fugueur t’a déserté !

 

Non ma chère, non ne pleure plus

Car tu le sais après la pluie

Dit-on souvent vient le beau temps !

Oui ce ne sera plus comme avant

Et tu ne l’as pas su à temps ;

 

Il t’a fait promis du bonheur et t’a même parlé de Genève  

Mais désormais tout cela n’est plus que rêve

Il a disparu tout d’un coup comme un mirage

Le mirage de sa belle image

Hanté tes pensées lucides

Transperçant ton cœur candide !

 

Dès à présent ce n’est que haine

Qui succède au sang de tes veines

Mais prend garde ! Car que ne soit pas tristesse

Qui te conduise vers les conséquences de l’ivresse

Et surtout jamais plus de d’accord

A quelque prétendant sans accord.

BOSCO, Une fille, un amour



Mon désir

Le désir de sentir le parfum de tes seins nargue mes lèvres

Le désir de sucer ta langue que j’imagine succulente me rend fou

Le désir de sentir sur mon corps la chaleur de tes lèvres m’enrage ;

Le désir de caresser ta divine peau me rend pensif

Le désir de contempler ton céleste corps anéanti mes pensées ;

Le désir de sentir sous mon corps ton angélique taille goure mon intelligence

Le désir d’écouter ton adorable cri de plaisir pourchasse mes esprits et imaginations

Le désir de faire l’amour avec toi  imbibe mon sommeil

Noie ma patience d’où submerge mon impatience

BOSCO, Une fille, un amour



Emeraude

Non Emeraude je ne peux pas  croire

Qu’aujourd’hui tu décides de ne plus me voir !

Comment peux-tu te laisser convaincre par ces mégères

Par ces gens, ces lang ues de vipères ?

 

Elles veulent notre amour détruire,

Empêcher notre flamme commune de luire ;

Emeraude,

veux-tu cela leur permettre ?

Sache que quand bien même nous séparent des centaines de mètres,

Jamais je n’ai songé à te tromper !

Ton retour pour les  c ongés j’ai passé tout mon temps à préparer

Est-ce vrai qu’a tari pour moi ton amour ?

Ou est-ce de toi juste un humour ?

 

Aurais-tu toujours été pour moi sans confiance

Alors que moi à ton égard je n’avais aucune méfiance ?

Te souviens-tu de l’an deux mille six le vingt sept février ?

Si je le pouvais je le déclarerais jour férié !

 

BOSCO, Mes déceptions

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 images35.jpg

 

 



PROVERBES

1)      Better die a beggar, than live a beggar.
Mieux vaut mourir ruiné, que de vivre affamé.

2)      Better buy than borrow
Mieux vaut acheter qu’emprunter

3)      Better late than never
Mieux vaut tard que jamais

4)      Charity begins at home
Charité bien ordonnée commence par soi-même

5)      Children, when little, make parents fools. When great, mad
Petits enfants dont on raffole. Devenus grands, ils vous désolent.

6)      Clothes don’t make the man
L’habit ne fait pas le moine

7)      Desperate diseases require desperate remedies.
Aux grands maux les grands remèdes.

8)      Faith can move mountains
La foi soulève les montagnes.

9)      Fire and water are good servants, but bad masters
Le feu et l’eau sont bons serviteurs, mais mauvais maîtres.

10)   Give a thing, and take a thing.
Donne si tu veux recevoir.

BOSCO, Master your English lessons: Proverbs



A TOUTES LES FEMMES

Féministes debout ! Car l’heure a sonné 

En ce jour où on doit célébrer dans tout le 

Monde  par des chants, de par le 

Monde par des poèmes la femme. O femme d’une 

Eternelle nécessité tu es, étais et seras pour l’univers. 

 

Femme 

Eminente créature 

Malheur à ces 

Méchants qui sont un obstacle pour ton 

Epanouissement. 

 

Fumiste, 

Ehonté, 

Matamore sont-ils ces 

Misogynes qui constituent un frein pour ton 

Emancipation 

 

Faible tu n’es pas ! 

Energique, ne l’es tu pas autant que l’homme ? 

Mal du monde ? Jamais ! 

Mal de l’homme ? Absurde ! Tu es et fais plutôt leur bonheur ! Quel homme 

Existerait sans toi femme ? 

 

C’est mon message pour toutes les femmes ce jour votre jour   JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME. 

 

 

 

 

 

 

 images412.jpg



Derniers commentaires

Articles récents

Trois mois que tu es partie

Trois mois Emeraude que tu es partie

Tu ne peux pas savoir la douleur

Que je ressens car ayant perdu mon bonheur

Que ne ferais-je pas pour que tu me reviennes ma chérie?

Car malgré tout je t’aime

Il est maintenant l’heureux élu

Et moi je suis le malheureux déchu

Mais pourquoi je ne parviens pas à t’oublier?

Pourquoi faut-il toujours que de toi je dois me rappeler?

Pourquoi de ma tête je n’arrive pas à t’enlever?
Pourquoi malgré ta trahison dans mon esprit veux-tu rester?

Je t’aime toujours Emeraude je t’aime c’est ça le problème.

 

BOSCO, Mes déceptions


Trois mois que tu es partie

Trois mois Emeraude que tu es partie

Tu ne peux pas savoir la douleur

Que je ressens car ayant perdu mon bonheur

Que ne ferais-je pas pour que tu me reviennes ma chérie?

Car malgré tout je t’aime

Il est maintenant l’heureux élu

Et moi je suis le malheureux déchu

Mais pourquoi je ne parviens pas à t’oublier?

Pourquoi faut-il toujours que de toi je dois me rappeler?

Pourquoi de ma tête je n’arrive pas à t’enlever?
Pourquoi malgré ta trahison dans mon esprit veux-tu rester?

Je t’aime toujours Emeraude je t’aime c’est ça le problème.


A TOI MAMAN

Réjouis-toi Mère, réjouis-toi
Car aujourd’hui est ton jour de fête ;
Oublies tes travaux oublie tes obligations quotidiennes
Et viens entre nous, viens entre tes enfants
Et entends chanter leur cœur.
Nous n’avons ni or ni argent à t’offrir en ce jour qui est tien
Mais nous t’offrons ceci ; c’est le cadeau qu’il y a de plus beau et de mieux.
Il est notre gratitude envers toi n maman.
Toi notre docteur, toi notre éternelle consolatrice
Ecoute ces vœux qui te sont formulés ; c’est ton mérite !
Toi qui as souffert sous le soleil, sous la pluie pour nous
Que Dieu te le rende au centuple toi la fraîcheur la plus adoucissante,
La créature qui apporte la fraîcheur dans la fièvre, le réconfort dans les pleurs !
Sois comblée, sois comblée des merveilles du monde !!!
O maman que nous sommes fiers de te voir !!
Que nous sommes fiers d’appeler ce beau nom !!
Saches que de toutes tes souffrances pour nous, nous te remercions
De tous tes sacrifices pour nous, nous éprouvons de la reconnaissance
Pardonne-nous toutes nos fautes, toutes nos obéissances
Car nous savons que nous n’avons pas toujours été sages
Mais nous te promettons la sagesse désormais.
Sois louée et saches que nous t’aimons
Que tu sois pauvre ou riche,
Laide ou belle,
Noire ou blanche
Jaune ou rouge
Saches que nous t’aimons telle que tu es !
Que Dieu te bénisse, qu’Il te prête longue vie
Prodigieuse et vaillante créature !!!!!!!!!!

BONNE FETE MAMAN !!!!!!


Trésors d’Emeraude

Si tu étais ma mère

Et moi un nourrisson,

Je demanderais à ne jamais être sevré

Afin de à tout moment tes seins sucer.

 

Je ne le dis pas pour te plaire

Ni pour de plaisir te donner frisson

Mais ta poitrine est la source, cette source

A laquelle je veux sans cesse boire.

 

Il suffit seulement de la voir

Pour savoir qu’elle regorge de ressources

O quelle merveilleuse poitrine

Que possèdes-tu chère beauté de Grenadine !

 

Elle pourrait désarmer un vaillant

Même vaincre les hommes  les plus forts et les plus puissants

Elle pourrait rendre ignare un érudit

Faire de lui un pauvre étourdi.

 

Ni dans les lettres, ni dans les sciences

On ne pourrait avoir la connaissance

De la créature qu’est ta poitrine

Que même ne possèdent les beautés d’Amérique latine !

BOSCO, Une fille, un amour


A toi mon poème

A toi mon poème

 

Je te demande pardon mon amour

Si je n’ai pas pu arriver ce jour 

Ce n’a point été de ma faute

Et de quiconque je n’ai été l’hôte.

 

Tu  sais que nous autre des séries classiques

Sont notre bête noire les mathématiques ;

Et qu’aussi être qui crie aide

Ne mets en quarantaine quelque remède.

 

Il est vrai que je voyais l’heure

Conscient de la perte de ce bonheur

Que j’aurais eu près de toi

Crois moi cela brûle jusqu’au plus profond de moi.

 

Mais que les mauvaises langues ne te gourent point la tête

Mais je sais que devant toi elles sont toutes bêtes.

J’espère que pour toi ce n’est pas que l’amour manque

Sinon laisse-moi te dire qu’il y en a comme de l’agent dans une banque !

 

Je t’en prie ne te fâche guère

Car se fâcher ne rend point belle

Cela risque de détruire ton visage si bel !

 

Te rappelles-tu de nos moments de naguère ?

Qu’ils t’assurent que Saphir

A jamais te désire !

 

Je t’aime !

BOSCO, Une fille, un amour


A Ariane

Comme les nuages dans le ciel

Trompent dans les campagnes les paysans,

La source de ta vie de miel t’a quittée !

Ton chère et doux amant

Comme un fugueur t’a déserté !

 

Non ma chère, non ne pleure plus

Car tu le sais après la pluie

Dit-on souvent vient le beau temps !

Oui ce ne sera plus comme avant

Et tu ne l’as pas su à temps ;

 

Il t’a fait promis du bonheur et t’a même parlé de Genève  

Mais désormais tout cela n’est plus que rêve

Il a disparu tout d’un coup comme un mirage

Le mirage de sa belle image

Hanté tes pensées lucides

Transperçant ton cœur candide !

 

Dès à présent ce n’est que haine

Qui succède au sang de tes veines

Mais prend garde ! Car que ne soit pas tristesse

Qui te conduise vers les conséquences de l’ivresse

Et surtout jamais plus de d’accord

A quelque prétendant sans accord.

BOSCO, Une fille, un amour


Mon désir

Le désir de sentir le parfum de tes seins nargue mes lèvres

Le désir de sucer ta langue que j’imagine succulente me rend fou

Le désir de sentir sur mon corps la chaleur de tes lèvres m’enrage ;

Le désir de caresser ta divine peau me rend pensif

Le désir de contempler ton céleste corps anéanti mes pensées ;

Le désir de sentir sous mon corps ton angélique taille goure mon intelligence

Le désir d’écouter ton adorable cri de plaisir pourchasse mes esprits et imaginations

Le désir de faire l’amour avec toi  imbibe mon sommeil

Noie ma patience d’où submerge mon impatience

BOSCO, Une fille, un amour


Emeraude

Non Emeraude je ne peux pas  croire

Qu’aujourd’hui tu décides de ne plus me voir !

Comment peux-tu te laisser convaincre par ces mégères

Par ces gens, ces lang ues de vipères ?

 

Elles veulent notre amour détruire,

Empêcher notre flamme commune de luire ;

Emeraude,

veux-tu cela leur permettre ?

Sache que quand bien même nous séparent des centaines de mètres,

Jamais je n’ai songé à te tromper !

Ton retour pour les  c ongés j’ai passé tout mon temps à préparer

Est-ce vrai qu’a tari pour moi ton amour ?

Ou est-ce de toi juste un humour ?

 

Aurais-tu toujours été pour moi sans confiance

Alors que moi à ton égard je n’avais aucune méfiance ?

Te souviens-tu de l’an deux mille six le vingt sept février ?

Si je le pouvais je le déclarerais jour férié !

 

BOSCO, Mes déceptions

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 images35.jpg

 

 


PROVERBES

1)      Better die a beggar, than live a beggar.
Mieux vaut mourir ruiné, que de vivre affamé.

2)      Better buy than borrow
Mieux vaut acheter qu’emprunter

3)      Better late than never
Mieux vaut tard que jamais

4)      Charity begins at home
Charité bien ordonnée commence par soi-même

5)      Children, when little, make parents fools. When great, mad
Petits enfants dont on raffole. Devenus grands, ils vous désolent.

6)      Clothes don’t make the man
L’habit ne fait pas le moine

7)      Desperate diseases require desperate remedies.
Aux grands maux les grands remèdes.

8)      Faith can move mountains
La foi soulève les montagnes.

9)      Fire and water are good servants, but bad masters
Le feu et l’eau sont bons serviteurs, mais mauvais maîtres.

10)   Give a thing, and take a thing.
Donne si tu veux recevoir.

BOSCO, Master your English lessons: Proverbs

Articles plus anciens

A TOUTES LES FEMMES

une écriveronne et des écri... |
TALES FROM THE STRANGE |
Nouvelles archaïques et aut... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aerostat
| shinigani
| arabisme